PURE EVIL

 
 

A PROPOS

🖍 C’est en 1990 que Pure Evil, a.k.a. Charles Uzzell-Edwards, quitte la Grande-Bretagne après les émeutes de Londres, pour une nouvelle vie sur la côte ouest américaine.
Il devient designer pour une marque de vêtements streetwear, et pour le monde de la musique électronique. Après 10 ans en Californie, fortement influencé par des artistes de la côte Est comme TWIST et REMINISCE, il retourne à Londres, s’empare d’une bombe et commence à peindre d’étranges lapins un peu partout. 


Pure Evil se lance dans le street art par le biais du projet « Ghetto Santas », piloté notamment par Banksy. Il poursuit sa carrière en produisant ses propres impressions photos, placardées sur les murs. Installé au cœur de Londres, il mène avec succès son premier affichage  « PURE EVIL SOLO ». 
Cette réussite lui permet d’ouvrir l’éponyme « galerie PURE EVIL » en 2007, dans un ancien magasin de Dickens, situé au cœur des vieux sous-sols de Shoreditch dans l’East End de Londres.

Au cours des cinq dernières années, Pure Evil a exposé dans le monde entier : Chine, Russie, Mongolie, Brésil, Etats-Unis et à travers toute l’Europe. Il a également organisé des expositions en tant que « galeriste accidentel ». 
Cet incontournable du street art collabore aussi bien avec des artistes émergents qu’établis.


ABOUT

🖍 In 1990, Pure Evil, a.k.a. Charles Uzzell-Edwards, left Great Britain just after London’s riot, to start a new living on the American West Coast. 

There, he worked as a designer for a streetwear brand, and with the electronic music world. After ten years in California, where he got time to discover many artists from the East coast like Twist or Reminisce, he came back to London. He started to use paint spray, and to draw strange rabbits everywhere in the city. 

He was introduced into the street art world thanks to the project « Ghetto Santas », managed by Banksy. He strengthened his career with his first display, « pure evil solo ». This big achievement enabled him to open the « gallery Pure Evil » in 2007, in a former Dicken’s shop, in London’s East End.

Over the past few years, Pure Evile showed his artworks around the whole world : China, Russia, Mongolia, Brazil, United Stated, and all over Europe. He also organized exhibitions as a so called « accidental gallerist ». Nowadays, he collaborates equally with emerging and known artists.